La cession d’un office notarial est un événement crucial et complexe dans la vie d’un notaire. Pour réussir cette vente, il est important d’éviter certaines erreurs et de préparer en amont son projet. À travers cet article, nous allons vous prodiguer 10 conseils pour aboutir à une cession dans des conditions optimales. 

1) Se préparer à la cession d’un l’office notarial

Lorsque vous envisagez de vendre votre office notarial, vous devez mûrir votre projet.

Vous devez bien réfléchir aux différents aspects de la cession : pourquoi voulez-vous vendre ? Quels sont vos projets après la cession ? Souhaitez-vous vendre vos parts ou le fonds libéral ? Quelle est la part que vous souhaitez céder ? Comment préparer l’entrée d’un nouvel associé ou le changement de direction ? Quelle sera la fiscalité appliquée sur la vente ?

Il est important de bien connaître toutes les options que vous avez. 

L’anticipation est le meilleur moyen de réaliser une cession dans les meilleures conditions possibles

La cession de l’office notarial doit être préparée et planifiée

Beaucoup de cédants se précipitent lors de la vente et néglige sa préparation. Ils nous contactent directement sans avoir réfléchi à leur projet et sans avoir préparé les différents points qui seront soulevés lors de la vente.

Se précipiter, c’est aussi prendre des décisions à la hâte qui pourront avoir des impacts sur la cession, notamment en cas d’évaluation incorrecte réalisée par exemple, par un non expert en évaluation d’étude notariale. Une surévaluation importante vous empêchera de trouver un acquéreur voire empêchera le financement par la banque de l’acquéreur et une sous-évaluation ne validera pas tout le travail que vous avez fourni ! 

Quand commencer à préparer la cession de l’office notarial ? Selon le projet et sa taille, comptez entre 3 et 12 mois avant la mise en vente ! Il s’agit ici d’une fourchette confortable pour la préparation, raccourcir ce délai est possible mais il faut le faire avec l’accompagnement minutieux d’un cabinet spécialisé comme le nôtre pour ne pas confondre vitesse et précipitation. 

2) Se faire accompagner par des professionnels de la transmission

Lorsque vous vous entourez d’un professionnel expérimenté dans la cession d’études notariales, vous faites le choix de préparer une cession dans des conditions optimales. Celui-ci vous conseillera lors de chaque étape de la vente telle que la préparation du projet, la fixation du prix, la sélection des candidats repreneurs, la négociation des termes, la signature des documents dans le respect des obligations légales, etc. Il vous donne également des répères en termes de calendrier “raisonnable” ce qui peut vous donner une idée précise des prochains mois et éventuellement programmer aussi votre aventure post-notariat.

Par exemple, le cabinet Malatiré, spécialisé de la transmission des études notariales, commencera toujours par vous poser des questions sur votre projet et vos attentes lors d’un rendez-vous préliminaire.

Ensuite, nos équipes vous feront bénéficier de notre très conséquente base de repreneurs que nous sonderons de manière progressive pour des raisons notamment de confidentialité. Nos consultants sélectionneront pour vous les candidats aux profils professionnels et aux capacités financières répondant à vos demandes (personnes morales, personnes physiques, primo-accédants ou éxpérimentés…). 

Nos conseils sur les aspects financiers voire parfois juridiques (sans jamais empiéter sur le monopole des juristes vers qui nous vous renverrons dans certains cas) vous aideront à naviguer dans les aspects complexes de la transaction comme la valorisation de l’office notarial ou la rédaction d’une lettre d’intention d’achat ou encore le traité de cession. 

Le recours à un professionnel vous garantit la réussite de la cession de l’office notarial, mais également des conditions idéales pour chaque partie en évitant les nombreux pièges de la vente.

3) Analyser les tendances du secteur

Le monde des affaires, et notamment le secteur du notariat, est en constante évolution. 

Il suffit rarement de mettre un panneau « à vendre » sur votre étude pour attirer un repreneur et réaliser une vente optimale. Vous risquez surtout de voir les curieux arrivés et de passer à côté des vraies opportunités. 

Pour éviter les erreurs, commencez par comprendre les tendances actuelles, les évolutions impactant votre secteur (économiques, démographiques et réglementaires) et les motivations des repreneurs. Vous pourrez ainsi opter pour un positionnement stratégique et attractif pour réussir votre cession.

Le cabinet Malatiré possède une connaissance approfondie du secteur notarial. Il peut vous aider à reconnaître les opportunités et les nouveaux défis. Le cabinet proposera votre offre à sa base d’acquéreurs qualifiés ayant déjà signé un mandat d’acquisition et une clause de confidentialité.

4) Évaluer rigoureusement la valeur de l’office notarial

L’un des éléments fondamentaux de la cession d’un office notarial est la fixation du prix de vente. Sous-estimer ou surévaluer la valeur de votre étude aura des conséquences sur votre cession. Un prix au-dessus du marché dissuadera les acquéreurs potentiels. Plus le prix est élevé, plus leur crédit sera important et difficile à avoir, avec un reste à vivre parfois trop faible. À l’inverse, une sous-évaluation ne met pas en valeur le travail que vous avez effectué et, dans certains cas, vous pourrez perdre de l’argent. Il est donc important de procéder à une valorisation rigoureuse de votre étude notariale afin de trouver un prix juste.

En effet, si vous évaluez seul votre étude notariale, vous risquez de vous appuyer sur des données irrationnelles. 

Le prix de cession d’un office notarial est le point central des négociations. Il est donc important de pouvoir présenter un rapport de valorisation solide et précis

5) Demander la signature d’une clause de confidentialité à l’éventuel repreneur

La confidentialité est essentielle au bon déroulement de la cession d’un office notarial alors qu’elle est souve